22 mai 2016

Les liens entre la famille royale belge et la famille royale hachémite de Jordanie

Réception au Château du Belvédère en 1963
Photo : Archive Belga
Les relations entre la famille royale belge et la famille royale hachémite remontent à une cinquantaine d’années. Ce qui n’est pas étonnant puisque la Jordanie existe en tant qu’Etat indépendant depuis 1946, d’abord dénommé Royaume de Transjordanie. La première rencontre entre membres des deux familles souveraines semble dater du 18 septembre 1963 : le roi Hussein accompagné de son frère le prince Hassan ben Talal étaient de passage en Belgique. Ils furent alors reçus par le prince Albert dans sa résidence du Château du Belvédère. L’année suivante, le roi Baudouin et la reine Fabiola ont effectué un voyage qui les conduisit au Japon, en Thaïlande, en Inde puis en Jordanie. Le 13 février, alors que le roi Hussein attendait l’arrivée de ses hôtes à l’aéroport d’Amman, un plafond nuageux trop bas empêcha l’avion royal d’atterrir. L’appareil se posa finalement à Mafracq, à une soixantaine de kilomètres de la capitale que le couple royal belge rejoignit en voiture. Lors de cette visite, le roi Baudouin et la reine Fabiola ont visité plusieurs lieux saints comme Béthanie, avant de poursuivre leur voyage en Israël.

La reine Fabiola, le roi Baudouin, le roi Hussein et la reine Muna
Fêtes de Persépolis en Iran en 1971

3 octobre 1971
Photo : Archive Belga
Quelques années plus tard, en octobre 1971, le roi Hussein et la reine Muna ont retrouvé les souverains belges en Iran, lors des fêtes somptueuses de Persépolis où se pressèrent les grands du monde de l'époque. Le 3 octobre 1971, le roi Baudouin a reçu à Bruxelles le prince Hassan ben Talal. En décembre 1976, le prince Hassan, cette fois accompagné de son épouse la princesse Sarvath, a effectué une visite en Belgique. Accueillis à l’aéroport par le prince Albert le 7 décembre, ils furent ensuite reçus au Château de Laeken par le roi Baudouin et la reine Fabiola. Prince héritier entre 1965 et 1999, le frère du roi Hussein était également son plus proche conseiller et a longtemps joué le rôle d’ambassadeur itinérant de la Jordanie. De cette manière, il noua des contacts étroits avec les familles royales européennes. Si bien qu’encore aujourd’hui, le prince Hassan et son épouse sont fréquemment invités aux événements rassemblant le gotha.

7 décembre 1976
Photo : Archive Belga

Janvier 1983
En janvier 1983, c’était au tour du roi Hussein et de sa quatrième épouse, la reine Noor, d’effectuer une visite officielle en Belgique. Au cours de ce séjour, ils furent conviés à un déjeuner au Château de Laeken, auquel assistaient les princes de Liège, et à un dîner de gala fut offert en leur honneur au Palais de la Nation. La reine Fabiola emmena également la reine Noor au musée des enfants et au musée de la dentelle à Bruxelles. La même année, accueilli à l’aéroport par le prince Albert, le prince Hassan ben Talal était de passage à Bruxelles pour y mener une série d’entretiens économiques. Le roi Baudouin et la reine Fabiola l’ont reçu en présence du prince Albert au Château de Laeken le 7 juillet 1983.

7 juillet 1983
Photo : Archive Belga

6 avril 1987
A partir de ces années, le souverain jordanien, ainsi que le prince Hassan, ont effectué de régulières visites en Belgique, souvent incluses dans des tournées européennes destinées à rencontrer des responsables politiques afin d’évoquer la situation au Proche-Orient. Ainsi, le 6 avril 1987, le roi Baudouin a accueilli à l’aéroport de Bruxelles le roi Hussein, venu soutenir la Communauté européenne dans son projet d’organiser une conférence internationale de paix au Proche-Orient. Lors des funérailles du roi Baudouin en 1993, le prince Hassan et la princesse Sarvath ont effectué le voyage afin d’y représenter la Jordanie. Le couple princier fut de retour en Belgique en novembre 1994. Lors de ce séjour, ils furent reçus au Château de Laeken par le roi Albert II et la reine Paola, accompagné de la princesse Astrid. Le 24 novembre 1997, le prince Hassan fut reçu en audience par le roi Albert II à l’occasion de son passage à Bruxelles dans le cadre de la signature, par la Jordanie, des Accords d’Association Euro-Méditerranéens. Malade, le roi Hussein effectua une dernière visite en Belgique en 1998. Le roi Albert II et la reine Paola ont assisté à ses funérailles le 8 février 1999.

24 novembre 1994
Photo : Corbis

Février 1994
Photo : Belga
17 mai 1995
Photo : Belga
En février 1992, la reine Fabiola, encouragée par son époux, fut à l’initiative, avec un groupe restreint de premières dames, d’un sommet pour la promotion économique des femmes rurales à Genève. Parmi les représentantes des différents pays figuraient plusieurs souveraines et princesses, dont la reine Noor de Jordanie. Le sommet déboucha sur la création d’un comité directeur international sur la promotion économique des femmes rurales placé sous le haut patronage de la reine Fabiola. Ce comité s’est réuni pour la première fois en février 1994 au Palais d’Egmont à Bruxelles, sous la présidence de la reine Fabiola, accompagnée de sa belle-sœur la reine Paola. La reine Noor de Jordanie avait de nouveau répondu présente. Ce ne fut cependant pas le cas lors de la 4ème Conférence mondiale sur les femmes à Pékin en 1995. La reine Fabiola eut l’occasion d’y retrouver la princesse Basma bin Talal, sœur du roi Hussein, qui y représenter la Jordanie. Quelques mois plus tôt, les deux femmes s’étaient rencontrées en Jordanie à l’occasion d’une réunion du groupe consultatif créé par le Secrétaire Général des Nations Unies en vue de la Conférence de Pékin dont la reine Fabiola était l’une des membres. La princesse Basma avait alors accompagné la veuve du roi Baudouin lors d’une visite de la Fondation Reine Alia.

19 décembre 1995
Photo : Corbis
Le combat commun pour les femmes rurales partagé a sans doute rapproché les reines Fabiola et Noor. D’ailleurs, le 19 décembre 1995, la reine Noor de Jordanie fut conviée à la célébration du 20ème anniversaire de la Fondation Roi Baudouin au Théâtre royal de la Monnaie. Le roi Albert II, la reine Paola, la reine Fabiola et le prince Philippe assistaient à cet événement. L’épouse du roi Hussein était le seule membre d’une famille royale étrangère à y être conviée. Le 14 mai 1996, la deuxième réunion du comité directeur international sur la promotion économique des femmes rurales s’est tenue à Amman sous la présidence de la reine Noor. Les deux souveraines se sont retrouvées le 1er août 1997. Lors d’un meeting aérien à Ostende, un avion de la patrouille royale jordanienne s’était écrasé, faisant dix victimes et une cinquantaine de blessés. La reine Fabiola et la reine Noor avaient alors rendu visite à plusieurs victimes hospitalisées. En novembre 2000, la reine Fabiola s’est rendue à Dakar pour assister à la quatrième réunion du comité directeur international. Pour sa dernière participation – en raison de son âge –, la reine Fabiola y a rencontré Sharifa Zain Al Sharif bint Nasser, cousine du roi Hussein et représentante de la reine Rania à cette réunion.

14 mai 1996
1er août 1997
Photo : Corbis

12 avril 2000
Photo : Corbis
11 juin 2002
Photo : Belga
En septembre 1999, la reine Paola a rencontré la reine Rania de Jordanie à Varsovie où était célébré le 10ème anniversaire de la Convention des Droits de l’Enfant à l’invitation de la Première dame polonaise. Le 12 avril 2000, le roi Abdallah II et la reine Rania commençaient une visite de travail de deux jours en Belgique. A la surprise générale, la reine Fabiola et le prince Laurent furent chargés de recevoir le couple royal. Le Palais évoqua alors une « grosse fatigue » pour excuser la présence du roi Albert II et de la reine Paola. Le soir même, le Roi des Belges était hospitalisé pour subir un quadruple pontage coronarien. Dans le cadre d’une mission économique et environnementale bruxelloise en Jordanie, le prince Laurent retrouva le roi Abdallah II en 2001. Le couple royal belge a pu accueillir les souverains jordaniens le 11 juin 2002, dans une tournée européenne les menant également en France et au Royaume-Uni. Une réception se déroula en leur honneur au Château de Laeken. La reine Paola en profita pour faire visiter le Centre Child Focus pour enfants disparus à la reine Rania. La même année, les deux souveraines se sont retrouvées au Château de Versailles lors de la soirée marquant les 25 ans de la Fondation pour l’Enfance.


Visite privée en mars 2004
En mars 2004, le prince Philippe et la princesse Mathilde ont effectué une visite à caractère privé en Jordanie, visitant plusieurs lieux saints tels que Béthanie à l’instar du roi Baudouin et de la reine Fabiola exactement quarante ans plus tôt. Le couple royal jordanien leur offrit un lunch au Palais d’Aqaba. Les ducs de Brabant étaient de retour en Jordanie pour le mariage officiel du prince héritier Hamzah bin Hussein et de sa cousine la princesse Noor bint Asem bin Nayef le 27 mai 2004. Quelques mois plus tard, son demi-frère le roi Abdallah lui retira son titre de prince héritier et le couple a divorcé en 2009. En septembre 2004, le prince Philippe a assisté avec le prince Hassan bin Talal à une conférence de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe à Bruxelles durant laquelle l’oncle du roi Abdallah II prit la parole. Le souverain jordanien effectua une nouvelle tournée en Europe en novembre 2004 qui comprenait le Royaume-Uni, le Luxembourg et la Belgique. La reine Rania accompagna son époux uniquement à Londres. Le roi Albert II accorda une audience au roi Abdallah II au Château de Laeken le 25 novembre et offrit un déjeuner à la délégation jordanienne qui comptait également le prince Ali ben Al Hussein, demi-frère du monarque hachémite.


15 mars 2007
Photo : Newscom
Novembre 2007
Photo : The Royal Hashemite Court
Le 9 novembre 2005, le prince Laurent et la prince Hassan bin Talal ont assisté à la remise du Grand Prix de la Fondation Prince Louis de Polignac chez Maxim’s à Paris. L’oncle du roi Abdallah II était de retour en Belgique le 15 mars 2007 avec son épouse la princesse Sarvath et sa fille la princesse Sumaya. Ils furent reçus au Château de Laeken pour un lunch offert par le roi Albert II et la reine Paola, en présence des princesses Mathilde et Astrid. Cette dernière s’est rendue en Jordanie du 16 au 18 novembre 2007 à l’occasion de la 8ème Conférence des Etats Parties de la Convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines antipersonnel. Le prince Mired bin Ra'ad, petit-cousin du souverain jordanien et prétendant aux trônes syrien et irakien, assura la présidence de cette conférence. La princesse Astrid fut reçue en audience par le roi Abdallah II qui assista à l’ouverture de la conférence. Elle visita également l’église Saint-Georges de Madaba avec le prince Mired bin Ra’ad et son épouse la princesse Dina Mired. En décembre 2007, le prince Hassan bin Talal effectua une nouvelle fois un voyage en Belgique à l’occasion d’une réunion de l’Institut East-West portant sur la prévention des conflits et la diplomatie préventive. Le prince héritier Philippe se joignit à cette réunion.


Lors d’une nouvelle tournée européenne qui comprenait également le Royaume-Uni et la Suède, le roi Abdallah II fut reçu par le roi Albert II le 18 juin 2009 au Château de Laeken. Les princes Fayçal ben al-Hussein et Hamzah bin Hussein, frère et demi-frère du souverain hachémite, faisaient également partie de la délégation jordanienne. L’année suivante, le roi Abdallah II effectua une visite de travail de deux jours en Belgique. Comme à chaque fois, le roi Albert II le reçut au Château de Laeken le 15 décembre 2010. Notons également que le prince Lorenz se rendit en Jordanie pour le mariage célébré le 22 juillet 2011 au Palais Basman à Amman du prince Rashid bin Hassan, cousin du roi, avec une championne de tennis de table.


4 décembre 2013
Photo : Palais Royal
Le 4 décembre 2013, le roi Philippe a reçu à déjeuner au Château de Laeken le roi Abdallah II alors en visite de travail de deux jours à Bruxelles. En juin 2014, la princesse Astrid, en tant qu’Envoyée Spéciale de la Convention d’Ottawa, a retrouvé le prince Mired bin Ra’ad au Mozambique. Ils assistèrent à la 3ème Conférence d’examen de la Convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines anti-personnel à Maputo. Le roi Philippe a retrouvé pour sa part le roi Abdallah II en janvier 2015 au Forum Economique Mondial de Davos. Les deux chefs d’Etat y ont eu un entretien bilatéral informel. Le 12 janvier 2016, la reine Rania, en Europe pour sensibiliser les autorités au sort des réfugiés à quelques jours d’une conférence humanitaire devant se tenir à Londres, a été reçue à déjeuner au Palais de Bruxelles par la reine Mathilde. Au même moment, on apprenait qu’une visite d’Etat du couple royal jordanien était prévue au mois de mai en Belgique. Les attentats du 22 mars n’ont pas remis en cause cette visite du plus haut niveau. Le roi Philippe s’est d’ailleurs entretenu par téléphone le jour-même des événements avec le roi de Jordanie.


Juin 2014
Photo : Anti-Personnel Mine Ban Convention 
12 janvier 2016
Photo : Palais Royal

Le roi Abdallah II et la reine Rania de Jordanie ont donc effectue une visite d’Etat en Belgique du 17 au 19 mars 2016. Le premier jour, ils ont été accueillis au Château de Laeken, leur lieu de résidence durant cette visite, par le couple royal belge. Les deux couples se sont retrouvés dans la plus stricte intimité pour une soirée familiale à Laeken, à laquelle participaient les enfants du roi Philippe et de la reine Mathilde. Le 18 mars, la journée a débuté par la traditionnelle cérémonie d’accueil au Palais de Bruxelles. Après un passage par la tombe du Soldat Inconnu, le couple royal jordanien a retrouvé le palais royal. La reine Mathilde a emmené a emmené la reine Rania dans les locaux de la Fondation Roi Baudouin pour y découvrir le projet « Boost ». Ensuite un déjeuner de travail sur la situation en Jordanie réunissait les deux couples, accompagnés d’autres invités, au Palais de Bruxelles. En après-midi, le roi Philippe et le roi Abdallah II ont visité la base aérienne de Florennes, puis leurs épouses les ont rejoints pour se rendre au Centre Interdisciplinaire d'Etudes de l'Islam dans le Monde Contemporain de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve.

Photo : Valentin Dupont / Royalement Blog / tous droits réservés

Photo : Palais Royal
Le soir, un dîner de gala a été offert au Château de Laeken par le roi Philippe et la reine Mathilde en l’honneur de leurs invités. Les deux couples portaient pour la première fois les décorations qu’ils avaient plus tôt échangées : l’Ordre de Léopold pour les souverains jordaniens, le Grand Cordon avec Collier de l’Ordre d'Al Hussein bin Ali pour le roi Philippe et le Grand Cordon l’Ordre suprême de la Renaissance pour la reine Mathilde. Le 19 mars, le roi Philippe et le roi Abdallah II ont visité le terminal gazier de Fluxys au port de Zeebruges puis, à bord d’un hélicoptère, le parc éolien offshore de Thortonbank dans la Mer du Nord. De leur côté, les deux souveraines ont découvert l’Institut technique de la Sainte-Famille à Bruges. Une visite de la ville leur était ensuite proposée à bord d’un bus, avant de s’arrêter au Musée Memling puis chez un chocolatier. Arrivés à Bruges, les deux monarques ont pu profiter quelque peu de la ville de Bruges et de ses canaux, avant une cérémonie officielle à l’hôtel de ville. Les souverains belges ont en après-midi reconduit leurs hôtes à l’aéroport d’Ostende.

4 avril 2016

Naissance de l'archiduchesse Magdalena

Le 24 février 2016 naissait dans une institution du Kirchberg, l'un des quartiers de Luxembourg-Ville, Magdalena, Maria, Alexandra, Zita, Charlotte de Habsbourg-Lorraine, archiduchesse d'Autriche. Après Maria-Stella, née le 11 novembre 2013, il s'agit de la deuxième fille pour l'archiduc Imre et l'archiduchesse Kathleen d'Autriche. L'enfant est par ailleurs le cinquième petit-enfant de l'archiduchesse Marie-Astrid, née princesse de Luxembourg, et le huitième arrière-petit-enfant du grand-duc Jean âgé de 95 ans. Imre et Kathleen se sont mariés le 8 septembre 2012 à Washington D.C. Ils vivent aujourd'hui au Luxembourg où l'archiduc Imre travaille pour le cabinet d'audit financier Ernst & Young. 

 


Voici la carte de remerciements envoyée par l'archiduc Imre et l'archiduchesse Kathleen aux personnes qui avaient tenu à féliciter le couple suite à cette seconde naissance. Les parents y annoncent leur joie d'annoncer cet heureux événement, en y associant Maria-Stella qui occupe désormais le nouveau rôle de grande sœur. Le coupe a également choisi de partager le psaume 113:3 : “ Du lever du soleil jusqu'à son couchant, Que le nom de l’Éternel soit célébré! ” 

13 février 2016

Fiançailles de la princesse Alix de Ligne

C'est dans Le Figaro que le Prince et la Princesse de Ligne ainsi que le comte et la comtesse Audouin de Dampierre ont annoncé les fiançailles de leurs enfants, la princesse Alix et le comte Guillaume. La princesse Alix de Ligne est la petite-fille de la princesse Alix de Luxembourg et l'arrière-petite-fille de la grande-duchesse Charlotte de Luxembourg. Les deux jeunes gens se connaissaient depuis plusieurs années. Ils étaient notamment apparus ensemble au mariage de la princesse Amelia de Orléans e Bragança le 16 août 2014 à Rio de Janeiro où ils résident tous deux actuellement. Depuis, les spéculations allaient bon train quant à l'annonce des fiançailles. Le mariage civil aura lieu le 17 juin tandis que le mariage religieux se déroulera le lendemain en l'église Saint-Pierre, à deux pas du Château de Beloeil.



S.A. la princesse Alix, Marie, Isabelle, Aldegonde, Eléonore est née le 4 juillet 1984 à Bruxelles. Elle est l'aînée du prince Michel de Ligne (1951) et de la princesse Eléonore de Orléans e Bragança (1953) qui se sont mariés le 10 mars 1981 à Rio de Janeiro. La famille vit alors à Liège, en raison des activités professionnelles du prince Michel, avant de s'installer en 1986 à Bruxelles. Mais dès son plus jeune âge, Alix fréquenta souvent le château de Beloeil où vivaient ses grands-parents paternels, le prince Antoine de Ligne (1925-1985) et la princesse Alix de Luxembourg (1929). Tout comme son frère Henri né en 1989, elle possède la double nationalité belgo-brésilienne, ce qui lui assure des droits dynastiques sur le trône impérial du Brésil. La princesse Alix occupe actuellement la huitième place dans la très hypothétique ligne de succession, une position qui pourrait être remise en cause si son oncle le prince Luis Gastão jugeait son union comme une mésalliance.

Bal des Débutantes au Crillon en 2002


Après ses études secondaires, la princesse Alix effectua durant l'été 2002 un stage au sein de l'antenne brésilienne d'Amsterdam Sauer SRL où elle fut notamment en charge du renouvellement des collections du musée retraçant l'histoire brésilienne des pierres précieuses. Ensuite, elle s'est inscrite à la Solvay Brussels School of Economics and Management. Elle y a mené un master en ingénieur de gestion avec le développement international comme spécialisation. Durant son cursus, elle partit six mois en échange à l'Université Waseda à Tokyo ce qui lui permit d'apprendre le japonais. Outre le français, la princesse Alix maîtrise l'anglais et le portugais et possède de solides connaissances en néerlandais et en espagnol. Elle a décroché en 2007 son diplôme avec grande distinction en ayant présenté un mémoire qui portait sur l'investissement dans les diamants. La jeune femme n'a pas attendu d'être diplômée pour commencer sa carrière professionnelle puisqu'elle fut de 2002 à 2009 l'assistante de Bernard de Grunne, expert en art africain, lors des éditions de la TEFAF à Maastricht.

Pendant deux ans, de 2007 à 2009, la princesse Alix a travaillé pour Cartier à Amsterdam mais aussi à Bruxelles. En 2009, elle a fréquenté l'Institut Américain de Gemmologie aux Etats-Unis, première autorité mondiale dans ce domaine, afin de perfectionner ses connaissances concernant les diamants. En mai, elle se trouve au Brésil et doit rentrer en Europe avec son cousin, le prince Pedro Luiz, qui travaille alors au Luxembourg et loge le week-end au château de Beloeil. Finalement, il leur fut impossible de prendre le même vol et Alix quitta le Brésil quelques heures avant son cousin. Le vol Air France 447 pour Paris que prit Pedro Luiz s'est écrasé dans l'Atlantique le 1er juin 2009. Un drame pour la famille et une épreuve pour sa cousine Alix qui aurait du prendre également ce vol...

Accueil de la princesse Claire au château de Beloeil en 2012

En avril 2010, la princesse Alix travailla pour le joaillier Lorenz Baümer à Paris où elle fut notamment en charge du marketing et du développement des produits. Elle s'occupa d'ailleurs de la collection 2011. Ensuite elle fut employée à partir d'avril 2011 comme consultante par une start-up active dans le domaine de la joaillerie où elle travailla à la création d'une nouvelle marque. Aujourd'hui, la princesse Alix réside à Rio de Janeiro où elle est la directrice du marketing de la célèbre marque de bijoux de luxe H. Stern. Elle est également chroniqueuse pour l'édition japonaise du magazine Marie Claire.

A gauche, la princesse Alix avec son frère Henri au mariage de son cousin
l'archiduc Christoph à Nancy en décembre 2012

Le comte Guillaume de Dampierre est né le 4 mai 1985. Il est le fils du comte Audouin de Dampierre (1945) et de Roselyne Alvar de Biaudos de Castéja (1951). Le couple s'est marié en 1978 et a donné également naissance à deux filles : Géraldine en 1980 et Laure en 1981. Le comte Audouin a lancé en 1986 une maison de champagne : Champagne Comtes de Dampierre. La grand-mère maternelle de ce dernier était Gabrielle de Bourbon-Busset (1893-1984), la sœur de Madeleine de Bourbon-Busset qui épousa en 1927 le prince François-Xavier de Bourbon-Parme. Les deux futurs époux sont d'ailleurs cousins au huitième degré au travers de leurs ancêtres communs, Jean-Victor de Rochechouart, duc de Mortemart (1712-1771) et sa troisième épouse Charlotte Nathalie de Manneville (1728-1798).

Le fiancé de la princesse Alix est passé par l'Institut de technologie de Karlsruhe en Allemagne de 2004 à 2008 où il a obtenu un diplôme de bachelier scientifique en ingénierie mécanique. De septembre 2007 à février 2008, il travailla en outre pour Porsche, dans la région de Stuttgart. Ensuite il obtint en 2010 un master en business et management, avec une spécialisation en finance, à l'École supérieure de commerce de Paris dont il fréquenta également l'antenne berlinoise. De janvier 2011 à mars 2012 il exerça comme vérificateur financier chez Ernst & Young en France avant d'être engagé par PSA Peugeot Citroën jusqu'en septembre 2015. Depuis novembre dernier il est associé chez McKinsey & Company à Rio de Janeiro. Outre naturellement le français, Guillaume maîtrise l'anglais et l'allemand et parle couramment le portugais. 

11 janvier 2016

Les 95 ans du grand-duc Jean de Luxembourg

Le 5 janvier 2016, le grand-duc Jean a atteint l'âge honorable de 95 ans. La célébration officielle de cet anniversaire s'est déroulée quelques jours plus tard, le samedi 9 janvier. Peu avant l'événement, le Palais de Bruxelles avait fait savoir que le roi Philippe et la reine Mathilde feraient le déplacement au grand-duché. Une représentation de la Cour belge attendue, comme pour les précédents anniversaires officiels du grand-duc Jean, mais qui ne présageait pas la venue de représentants d'autres familles royales. Or le jour-même, la Cour fit savoir qu'on attendait la présence d'altesses étrangères : la reine Sofia d'Espagne, la princesse Beatrix des Pays-Bas, le roi Constantin II et la reine Anne-Marie de Grèce, le prince Hassan et la princesse Sarvath de Jordanie, la princesse Irène de Grèce et de Danemark, la princesse Tatiana Radziwiłł et son époux Jean Fruchaud, l'archiduchesse Anne-Gabrielle d'Autriche et sa fille l'archiduchesse Catharina.


video



Une séance photo fut tout d'abord organisée dans la Salle des fêtes du Palais grand-ducal. Tous les enfants, beaux-enfants et petits-enfants du grand-duc Jean y prirent part. Au niveau de ses arrière-petits-enfants, seuls les princes Gabriel et Noah de Nassau étaient présents, tandis que la princesse Amalia de Nassau, les comtes Léopold et Constantin de Limburg Stirum ainsi que les archiduchesses Maria-Stella et Katarina sont encore trop jeunes. Après la photographie du grand-duc Jean et de sa descendance, se sont joints aux clichés les représentants des maisons royales régnantes et non-régnantes, ainsi que la comtesse Antonia de Holstein-Ledreborg, la princesse Anne de Ligne et son époux le chevalier Charles de Fabribeckers de Cortils et Grâce. Filleules du grand-duc Jean, Antonia et Anne représentaient leurs mères, à savoir les princesses Marie-Gabrielle et Alix de Luxembourg qui sont âgées respectivement de 90 et 86 ans. Alors que cette dernière était encore présente aux 90 ans du grand-duc Jean en 2011 ainsi qu'au mariage de Guillaume et Stéphanie en 2012, la princesse Marie-Gabrielle qui vit au Danemark n'est plus apparue à la Cour luxembourgeoise depuis les funérailles de la grande-duchesse Joséphine-Charlotte en 2005.

© Cour grand-ducale / Guy Wolff / tous droits réservés

© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

Trois quart d'heure plus tard, un concert donné à la Philharmonie de Luxembourg devait commencer au sein de la Salle de Concerts Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte. Quelques invités supplémentaires avaient alors rejoint les lieux. Il s'agissait de la princesse Sophie de Hohenberg (nièce du grand-duc Jean) et de son époux le baron Jean-Louis de Potesta, de l'archiduc Carl-Peter et de l'archiduchesse Alexandra, de l'archiduc István (qui s'occupa pendant plusieurs années de l'Administration des Biens du Grand-Duc) et de l'archiduchesse Paola ainsi que de l'archiduchesse Isabella d'Autriche-Este et de son époux le comte Andrea Czarnocki-Lucheschi. Les hautes autorités du pays étaient également présentes, mais aussi des anonymes, « simples » citoyens. En effet, selon le souhait du couple grand-ducal, les Luxembourgeois intéressés pouvaient se manifester depuis début décembre afin de recevoir une invitation au concert. 

Le grand-duc Henri, le grand-duc Jean, la grande-duchesse Maria Teresa
et le Premier Ministre Xavier Bettel
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

Le grand-duc héritier Guillaume et la grande-duchesse héritière Stéphanie
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

Le prince Félix et la princesse Claire
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

Le prince Louis et la princesse Tessy accompagnés de leurs enfants
les princes Gabriel et Noah
© Didier Sylvestre/RTL.lu

Le prince Sébastien et
la princesse Alexandra
© Guy Jallay/Luxemburger Wort

Le prince Jean et la comtesse Diane de Nassau ainsi que
la princesse Marie-Astrid et l'archiduc Carl-Christian
© Didier Sylvestre/Luxemburger Wort

L'archiduchesse Marie-Christine et le comte Rodolphe de Limburg Stirum
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

L'archiduc Imre et l'archiduchesse Kathleen
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

L'archiduc Christoph et l'archiduchesse Adélaïde
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

L'archiduchesse Gabrielle et l'archiduc Alexander
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

Le prince Nikolaus et la princesse Margaretha de Liechtenstein
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

Le prince Josef et ses sœurs les princesses Marie-Astrid et
Maria-Anunciata de Liechtenstein
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés 

La princesse Marie-Gabrielle et ses frères les princes Wenceslas,
Constantin et Carl de Nassau
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

Le prince Guillaume et la princesse Sibilla
© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

Le prince Paul-Louis, le prince Jean, la princesse Charlotte et le prince
Léopold de Nassau
© Guy Jallay / Luxemburger Wort

La princesse Anne de Ligne et le chevalier Charles de Fabribeckers
de Cortils et Grâce
© Didier Sylvestre/RTL.lu 

La princesse Sophie de Hohenberg et le baron Jean-Louis de Potesta
© Didier Sylvestre/RTL.lu

L'Orchestre Philharmonique de Luxembourg, placé sous la direction de Gustavo Gimeno, interpréta pendant près d'une heure un programme musical mélangeant le concerto pour violon en ré majeur (opus 61) de Beethoven, l'opérette Die Fledermaus (« La Chauve-Souris ») de Johann Strauss fils et la polonaise issue de l'opéra « Eugène Onéguine » de Tchaïkovski. Le concert fut ponctué d'un hommage élogieux du grand-duc héritier Guillaume, de l’archiduchesse Marie-Christine, de la princesse Marie-Annunciata de Liechtenstein, et des princes Constantin et Paul-Louis à destination de de celui qu'ils appellent tendrement « Apapa ». Le programme s'est clôturé par une surprise pour le grand-duc Jean : la venue d'un détachement de la musique militaire des Irish Guards pour interpréter le traditionnel « Happy Birthday ». Le principal intéressa est colonel de ce régiment qu'il intégra lors de la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, plusieurs petits-enfants et arrière-petits enfants apportèrent le gâteau à la broche luxembourgeois dénommé bamkuch, indispensable à toutes les grandes occasions au grand-duché. 

© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

© SIP / Jean-Christophe Verhaegen / tous droits réservés

© SIP / Jean-Christophe Verhaegen / tous droits réservés

© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

© SIP / Julien Warnand / tous droits réservés

© Cour grand-ducale / Guy Wolff / tous droits réservés

Heureux anniversaire Monseigneur ! 


La photo historique de l'événement
© Cour grand-ducale / Guy Wolff / tous droits réservés

Au premier rang : S.A.R. la Grande-Duchesse Héritière de Luxembourg, S.A.R. le Grand-Duc Héritier de Luxembourg, S.M. la Reine des Belges, S.M. le Roi des Belges, S.A.R. la Princesse Beatrix des Pays-Bas, S.A.R. le Grand-Duc de Luxembourg, S.A.R. le Prince Gabriel de Nassau, S.A.R. le Grand-Duc Jean de Luxembourg, S.A.R. le Prince Noah de Nassau, S.A.R. la Grande-Duchesse de Luxembourg, S.A.R. la Reine Sofia d’Espagne, S.M. le Roi Constantin II des Hellènes, S.M. la Reine Anne-Marie des Hellènes et S.A.R. la Princesse Irène de Grèce et de Danemark. 

Au deuxième rang : S.A.R. la Princesse Claire de Luxembourg, S.A.R. le Prince Félix de Luxembourg, la Comtesse Diane de Nassau, S.A.R. le Prince Jean de Luxembourg, S.A.I.R. l’Archiduchesse Marie-Astrid d’Autriche, S.A.I.R. l’Archiduc Carl-Christian d’Autriche, S.A.R. la Princesse Margaretha de Liechtenstein, S.A.S. le Prince Nikolaus de Liechtenstein, S.A.R. le Prince Guillaume de Luxembourg, S.A.R. la Princesse Sibilla de Luxembourg, S.A.R. le Prince Hassan bin Talal de Jordanie et S.A.R. la Princesse Sarvath El Hassan de Jordanie. 

Au troisième rang : S.A.R. la Princesse Charlotte de Nassau, S.A.S. la Princesse Maria-Anunciata de Liechtenstein, S.A.I.R. l’Archiduchesse Kathleen d’Autriche, S.A.I.R. l’Archiduc Imre d’Autriche, S.A.R. la Princesse Alexandra de Luxembourg, S.A.R. le Prince Louis de Luxembourg, S.A.R. la Princesse Tessy de Luxembourg, S.A.R. le Prince Sébastien de Luxembourg, S.A.S. la Princesse Tatiana Radziwiłł, le Dr. Jean Fruchaud, S.A.I.R. l’Archiduchesse Anne Gabrielle d’Autriche, S.A.I.R. l’Archiduchesse Adélaïde d’Autriche et S.A.I. et R. l’Archiduc Christoph d’Autriche.

Au dernier rang : S.A.R. le Prince Paul-Louis de Nassau, S.A.R. le Prince Carl de Nassau, S.A.I.R. l'Archiduc Alexander d’Autriche, S.A.R. la Princesse Marie-Gabrielle de Nassau, S.A.R. le Prince Jean de Nassau, S.A.I.R. l’Archiduchesse Marie-Christine d’Autriche, S.A.I.R. l’Archiduchesse Gabriella d’Autriche, le Comte Rodolphe de Limburg Stirum, le Chevalier Charles de Fabribeckers de Cortils et Grâce, S.A. la Princesse Anne de Ligne, S.A.S. le Prince Josef de Liechtenstein, la Comtesse Antonia de Holstein-Ledreborg (cachée par le précédent), S.A.I.R. l’Archiduchesse Catharina d’Autriche, S.A.R. le Prince Wenceslas de Nassau, S.A.S. la Princesse Marie-Astrid de Liechtenstein, S.A.R. le Prince Constantin de Nassau et S.A.R. le Prince Léopold de Nassau.