26 octobre 2014

La princesse Elisabeth, Duchesse de Brabant

Après le mariage en décembre 1999 du prince héritier Philippe avec Mathilde d'Udekem d'Acoz, la presse titra à plusieurs reprises sur une prochaine naissance dans le foyer des ducs de Brabant, toujours à tort. Il a fallu attendre le 7 mai 2001 pour que les principaux intéressés convient la presse dans les serres royales de Laeken pour annoncer l'heureuse nouvelle, en compagnie de Kinga, leur jeune labrador. Le prince Philippe indiqua que l'enfant était attendu pour le mois d'octobre, "durant la présidence belge de l'Union. En sommes sous une bonne étoile européenne...et belge". Apparaissant plus décontracté qu'à l'accoutumée, le prince héritier indiqua que "tout le monde dans la famille est très content. Ils se réjouissent tous avec nous. Vous savez, que ce soit un garçon ou une fille, nous sommes enchantés".  Il se permit d'ailleurs d'ajouter : "J'ai la chance d'avoir une jeune épouse pour s'occuper d'un bébé, j'ai quand même 41 ans! Mais j'ai bien l'intention d'être un nouveau papa, moderne et présent. Quitte à me lever les nuits. Ainsi, si vous me trouvez fatigué, vous saurez pourquoi!". 

(© Didier Bauweraerts/Van Parys Media/Sygma/Corbis)


Le 25 octobre 2001, le prince Philippe se trouvait en fin d'après-midi près d'Eeklo, dans une réunion avec des entrepreneurs flamands, lorsqu'il reçoit un appel de son épouse lui demandant de revenir à Bruxelles pour l'accompagner au service maternité de l'hôpital Erasme d'Anderlecht. C'est donc avec deux semaines d'avance que la princesse Mathilde a accouché, à 22 heures 58, aidée par la gynécologue Geneviève Naômé et le professeur Philippe Simon. Malgré une césarienne suite à un siège, le Palais communiqua que l'enfant et la mère se portaient bien. La petite princesse pesait alors 2,930 kilos et mesurait 49,5 centimètres.

(© Collection personnelle Valentin Dupont)


Elisabeth, Thérèse, Marie, Hélène, tels étaient les prénoms que lui avaient choisis ses parents. Le premier évoque tout naturellement son arrière-arrière-grand-mère, la reine Elisabeth, épouse du roi Albert Ier et personnalité incontournable de la dynastie belge, mais il renvoie également à l'une des sœurs de la princesse Mathilde, la comtesse Elisabeth d'Udekem d'Acoz. "Thérèse" est lié au côté maternel : ce prénom n'a jamais été donné aux différents membres de la famille royale mais il est celui de l'arrière-grand-mère de Mathilde, Teresa Sobanska (1881-1975). Fille du comte Michel Sobanski et de la comtesse Ludwika Wodzicka, elle épousa en 1918 à Varsovie le prince Adam Saphieha-Kodenski avec qui elle aura notamment la princesse Sofia, grand-mère maternelle de la duchesse de Brabant, décédée en 1997 lors d'un accident de voiture avec Marie-Alix, sœur de Mathilde. Quant au prénom de Marie, il s'agit d'une constante au sein de la famille royale belge depuis toujours. La princesse Elisabeth a reçu également le prénom de sa marraine, sa tante la comtesse Hélène d'Udekem d'Acoz. Le choix du parrain s'est porté sur le prince Amedeo de Belgique, fils aîné de la princesse Astrid, et dont le prince Philippe est lui-même le parrain. 

(© Van Parys Media/Sygma/Corbis)

Quelques heures après la naissance, pendant la nuit, le prince Philippe a offert une conférence de presse où il s'est exposa comme un père à la fois fier et ému, si bien que les journaux parlèrent le lendemain d'une métamorphose dans le chef du prince héritier. Ce dernier déclara notamment : "Nous sommes très heureux pour la Belgique. Très heureux aussi qu'il s'agisse d'une fille. Elle est toute mignonne et j'espère qu'elle ressemblera à sa maman. Nous lui avons donné le prénom d’Élisabeth en mémoire de la reine Elisabeth. C'était une femme de caractère. Elle sera peut-être une exemple pour elle. J'espère qu'elle sera une grande reine". Il indiqua connaître le sexe de l'enfant depuis le mois de juin mais que lui et son épouse avait voulu garder le secret vis-à-vis de leurs familles. Et face à la traditionnelle question des journalistes voulant savoir à qui l'enfant ressemble le plus, il répondit "A moi bien sûr" puis ajouta : "Il vaut peut-être mieux qu'elle ressemble à sa mère".  

Toute première séance photo pour la princesse Elisabeth trois jours après
sa naissance (© Belga)

Le 26 octobre au matin, comme il est de tradition, 101 coups de canon furent tirés depuis le Parc Royal. Il s'agit de la première princesse de Belgique à recevoir un tel honneur. En effet, avant l'abrogation de la loi salique en 1991, la naissance d'une princesse était saluée par 51 coups de canon. Deuxième dans l'ordre de succession au trône après son père, elle ne reçut aucun titre spécial. Dans le passé, les fils aînés des ducs de Brabant étaient affublés du titre de comte de Hainaut. Il a été ainsi porté par le prince Léopold - fils unique du roi Léopold II - de 1859 à 1865 et par le futur roi Baudouin de 1930 à 1934. Mais dans le contexte de tensions communautaires, les titres dits historiques ont été supprimé. Seul le titre de duc de Brabant pour l'héritier a été conservé car il existe en Belgique les provinces du Brabant flamand et du Brabant wallon. Un arrêté royal du 17 octobre 2001 a d'ailleurs aboli le titre de comte de Hainaut.

(© Van Parys Media/Sygma/Corbis)

Le soir du 26 octobre fut établi le "procès verbal de la délivrance de S.A.R. la Princesse Mathilde", signé par pas moins de vingt-deux témoins, dont le Premier ministre Guy Verhofstadt, le Ministre de la Justice, les présidents de la Chambre et du Sénat, le premier président de la Cour de Cassation ou encore le procureur général de la Cour de Cassation. C'est trois jours plus tard que la petite princesse fut déclarée à la commune d'Anderlecht en présence du bourgmestre, assisté d'une échevine, du Ministre des Finances, du premier président de la Cour de Cassation, du Grand Maréchal de la Cour, de Jacques De Kimpe, conseiller du prince Philippe, de Machteld Fostier, conseillère de la princesse Mathilde, ainsi que d'un officier d’ordonnance du prince héritier.

Dès l'annonce de la naissance, les cadeaux affluèrent tant à l'hôpital qu'au Palais. On en compta près de 2.000 ainsi que 35.000 cartes de félicitations. Cela faisait longtemps qu'une naissance de cette importance se faisait attendre en Belgique ! Plusieurs milliers d'euros de dons ont été également versés au Fonds Prince Philippe et au Fonds Princesse Mathilde. La société belge Amtoys commercialisa suite à la naissance le "Baby Noukie's", un chien en peluche dont les ventes rapportèrent plus de 25.000 euros, reversés au Fonds Princesse Mathilde. Certaines marques de chocolats en ont profité pour créer une praline dédiée à la nouvelle princesse ou pour faire figurer une sur leurs boites la première photo officielle prise à l'hôpital. Le Ministre de la Défense, lui, commanda une "Musique pour une naissance princière" auprès de la Musique de la force aérienne dont les profits furent destinés aux associations caritatives des forces armées. Un site internet spécialement dédié à l'événement a même été lancé par le Palais!    

(© Van Parys Media/Sygma/Corbis)

La princesse Mathilde et sa fille Elisabeth ont quitté l'hôpital le 3 novembre. L'arrivée au château de Laeken était attendue par les grands-parents d'Elisabeth : le roi Albert II et la reine Paola ainsi que le comte et la comtesse Patrick d'Udekem d'Acoz. Une séance photo se déroula ensuite dans le Salon Flore du château. C'est dans la chapelle du château de Ciergnon, rénovée par la reine Paola, qu'eut lieu le baptême de la princesse Elisabeth le 9 décembre 2001. Célébrée par le cardinal Godfried Danneels, primat de Belgique, la cérémonie s'est tenue dans les trois langues nationales et en latin. Une cinquantaine d'invités étaient présents.  

(© Van Parys Media/Sygma/Corbis)


Le premier anniversaire de la princesse Elisabeth n'est pas passé inaperçu. L'événement fut célébré dans le Chalet des Princes, dans le parc du château de Laeken, construit dans les années 1930 pour les enfants royaux et restauré à l’initiative de la reine Paola. Plusieurs journalistes avaient été conviés afin d'immortaliser la scène. La fête se déroula avec simplicité, en présence des grands-parents et de la comtesse Hélène d'Udekem d'Acoz, la marraine. Des marques de chocolats dédièrent de nouveau l'une ou l'autre de leurs créations à la princesse Elisabeth. L'hommage le plus significatif fut sans conteste l'émission de trois timbres-postes commémoratifs, dévoilés au Musée de la Dynastie, dont les photos ont été choisies par le prince Philippe et la princesse Mathilde.





C'est dans l'aile gauche du château de Laeken que la famille habite. Celle-ci s'est agrandie en 2003, en 2005 et enfin en 2008 avec les naissances respectives d'Emmanuel, Gabriel et Eléonore. Baignant à la maison dans une atmosphère plus francophone, Philippe et Mathilde ont tenu à ce que leurs enfants apprennent le néerlandais le plus tôt possible, d'où le choix d'une nounou d'origine flamande. Et c'est un établissement néerlandophone qui a été tout naturellement choisi pour sa scolarisation. La princesse Elisabeth est donc entrée le 1er décembre 2004 en maternelle au collège Saint-Jan-Berchmans où elle a poursuivi ses études primaires et secondaires. Ses cousins, enfants de la princesse Astrid, y sont également passés et sa sœur et ses deux frères l'ont par après suivies, bien que le prince Emmanuel ait dû être inscrit par la suite dans une école pour dyslexiques.  

Fiançailles du prince Laurent en 2002 : Elisabeth fait ses premiers pas devant
les objectifs des photographes


On a déjà pu voir la princesse Elisabeth lors des fiançailles en 2002 puis lors du mariage en 2003 de son oncle le prince Laurent. En 2005, la princesse accompagnait ses parents, le 21 juillet, au cours de la visite du stand de la Défense après le défilé militaire. Ce ne fut qu'une entrée en la matière puisque l'année suivante, en raison du 175ème anniversaire de la dynastie belge, Elisabeth assistait au traditionnel Te Deum chanté en la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles, le matin de la Fête nationale. Désirant familiariser peu à peu leurs enfants, et en particulier l'aînée, aux apparitions publiques, le prince Philippe et la princesse Mathilde ont toujours étaient soucieux de protéger leur vie privée. Un accord officieux a été ainsi conclu avec les journalistes : en contrepartie de régulières séances photos familiales, ils sont assurés d'une certaine tranquillité en Belgique ainsi qu'à l'étranger. Les ducs de Brabant tiennent à être au maximum présents pour les enfants, n'hésitant pas à les conduire fréquemment à l'école. Et lorsqu'ils partent à l'étranger, comme pour les missions économique, leurs enfants sont bien souvent confiés à leur grand-mère maternelle habitant le château de Losange. Le grand-père maternel d'Elisabeth, le comte Patrick d'Udekem d'Acoz, est décédé en 2008 et la princesse était présente aux funérailles. 

Te Deum de la Fête nationale en 2006


Présentation de la Station Polaire

En 2007, la princesse Elisabeth a donné son nom à la Station Polaire Princesse Elisabeth et a participé à la présentation de la maquette au Palais royal avec son père. Elle a enregistré à cette occasion un court message d'encouragement bilingue aux porteurs du projet situés en Antarctique, à l'emplacement de l'ancienne Station Polaire Roi Baudouin. En septembre 2011, la princesse a inauguré, en compagnie de ses parents, l'Hôpital des enfants Princesse Elisabeth, un service de l'hôpital de Gand. L'occasion pour elle de prononcer son tout premier discours et de démontrer qu'elle parle un néerlandais parfait : "Je suis très contente de pouvoir donner aujourd'hui mon nom à ce nouveau hôpital des enfants. Comme vous tous, j'espère que beaucoup d'enfants recevront de l'aide ici. Je sais qu'ils pourront compter sur votre motivation au quotidien. L'Hôpital des enfants Princesse Elisabeth a depuis une place spéciale dans mon cœur."

Inauguration de l'Hôpital des enfants Princesse Elisabeth

Photo prise fin de l'année 2011 (© Palais royal)

En 2007, celle que ses parents surnomment "Lisa" a été inscrite à des cours de danse à l'Académie communale de musique, des arts de la parole et de la danse August De Boeck à Asse dans le Brabant flamand. Elisabeth apprécie également la musique et le chant, et assiste en ce sens parfois au Concours Musical Reine Elisabeth. Elle assista ainsi avec sa mère en 2011, la jambe gauche plâtrée, à des sessions d'un stage de musique de chambre pour jeunes organisé par Musica Mundi à Rixensart. Diverses apparitions publiques furent en lien avec les intérêts de la princesse qui fait partie de la chorale de son école. D'ailleurs, elle participa en avril 2014 à une tournée sur le thème du centenaire de la Première Guerre Mondiale avec des concerts à Beauvais, Verdun, Coxyde et Langemark-Poelkappelle. Elle apprécie également la peinture et le dessin, pour lesquelles elle ne serait pas dit-on dénuée de talents. 

Photo diffusée pour ses 10 ans
(© Palais Royal)
Photo diffusée pour ses 10 ans (© Palais Royal)

Le 21 juillet 2013, jour historique pour la Belgique, la princesse Elisabeth, à l'instar de ses frères et sa sœur, assista à la prestation de serment de son père dans l'hémicycle de la Chambre, à l'apparition au balcon du Palais ainsi qu'au défilé militaire. Au moment où son père devint le Roi des Belges, elle acquit automatiquement le titre, en tant qu'héritière, de Duchesse de Brabant. A cet égard, une Maison devrait être récrée pour elle d'ici une dizaine d'années. Apparaissant déjà comme consciente du futur rôle qu'on lui demandera de jouer, la première modification tangible due à son nouveau statut d'héritière fut ressenti à l'occasion du départ pour les vacances sur l'île d'Yeu puisqu'elle ne peut désormais plus emprunter le même avion que son père. En fin d'année, des menaces de mort qui l'a visée directement ont d'ailleurs accru la sécurité autour de sa personne, impliquant par exemple l'installation de caméras de surveillance dans son établissement scolaire. 

En 2012

Défilé militaire du 21 juillet 2013


En 2014, la princesse Elisabeth est apparue publiquement à diverses reprises : à un spectacle musical sur la Première Guerre Mondiale à Malines en avril, à l'édition des 20km de Bruelles qui a vu partiper le Roi ainsi qu'à une session de demi-finales et à une session de finales du Concours Musical Reine Elisabeth en mai, à l'entraînement des Diables Rouges avant leur départ au Brésil pour la Coupe du Monde en juin, au Te Deum et au défilé militaire du 21 juillet, à la journée sans voitures à Bruxelles ainsi qu'à la finale du Genée International Ballet Competition à Anvers en septembre. Elle fut aussi présente à plusieurs rendez-vous familiaux comme la première communion de ses cousins les jumeaux Nicolas et Aymeric à Bonlez, le 80ème anniversaire de son grand-père le roi Albert II célébré en juin au Musée BEL-Vue, et les fiançailles en février suivies du mariage à Rome en juillet de son parrain le prince Amedeo où elle figurait parmi les demoiselles d'honneur, un rôle qu'elle avait déjà joué en 2006. 

Mariage du prince Amedeo

Défilé militaire du 21 juillet 2014


Le 17 octobre, le couple royal participait à Ploegtseert à l'événement "Lichtfront" (Front de lumière), dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre Mondiale, au cours duquel plusieurs milliers de porteurs de flambeaux ont reconstitué la ligne de front dans le Westhoek en 1914. La duchesse de Brabant y fit une apparition très remarquée, annoncée seulement quelques heures à l'avance, puisqu'elle lut avec aisance un discours dans les trois langues nationales, qu'elle avait elle-même rédigé : "Il y a cent ans commençait la Grande Guerre. Des milliers de soldats quittent leurs familles pour le front. La violence, la peur et la faim font partie de leur vie quotidienne. Des hommes, des femmes et des enfants doivent fuir. Leur maison, leur école, leur village sont détruits. Nous n'oublierons jamais toutes ces vies tombées dans notre pays. Aujourd'hui encore la guerre brise des vies. Des pères, des mères, des enfants souffrent ou sont séparés. Mais dans leur malheur, ils nous donnent aussi une leçon de courage et de dignité. Leur regard volontaire nous invite à nous engager pour un monde meilleur de justice et de paix. A nous les jeunes, de lever haut notre flambeau et de former aujourd'hui un front de lumière". 



9 octobre 2014

La princesse Charlotte de Luxembourg

La princesse Charlotte, Phyllis, Marie de Luxembourg, princesse de Nassau et de Bourbon-Parme est née le 15 septembre 1967 à New York. Les Luxembourgeois ont appris la nouvelle le lendemain, au travers d'un communiqué de la Cour, sept mois après le mariage surprise du prince Charles, frère du grand-duc Jean, avec l'Américaine divorcée Joan Douglas Dillon le 1er mars à Guildford. Ses parents s'établiront par la suite au château de Fischbach, résidence de la grande-duchesse Charlotte et du prince Félix, où est né un frère, le prince Robert en 1968.

Lors d'une activité publique avec ses parents le prince Charles et la princesse Joan


Elle fut scolarisée, à l'instar de son frère, au grand-duché. Dans une interview accordée en 2013, le prince Robert expliqua : « J’adorais le château, une superbe habitation dans un cadre idyllique et bucolique avec une vue sur les bois, les terres agricoles et le petit village. Nous vivions avec mes parents, mes grands-parents, une tante et deux cousines. Famille et invités s’y rendaient souvent et y logeaient. C’était merveilleux d’être si proche de ma grand-mère, la grande-duchesse Charlotte, et d’autres membres de notre grande famille ». Le 2 mai 1976, elle a célébré sa première communion avec son frère Robert en la cathédrale Notre-Dame de Luxembourg. Elle a la douleur de perdre son père l'année suivante, décédé à presque 50 ans d'une crise cardiaque. La princesse Charlotte quitte alors le Luxembourg et sa mère se remarie en 1978 avec Philippe de Noailles, duc de Mouchy.

(© Collection personnelle Valentin Dupont)


(© Collection personnelle Valentin Dupont)


La princesse Charlotte a effectué des études en langues à l'Université d'Oxford. Passionnée par le théâtre, elle a ensuite passé un an au Théâtre National de Munich. C'est tout naturellement dans le secteur théâtral qu'elle s'est engagée professionnellement en fondant en 1989 Turtle Key Arts, un centre d'art dramatique, basé à Londres dont elle est toujours actuellement la directrice. A cet effet, elle est amenée à produire et co-diriger des productions théâtrales ainsi que de danse. Son but est d'également rendre accessible ce monde à tous et des programmes ont ainsi été mis en oeuvre pour accueillir des personnes autistes ou souffrant d'Alzheimer. Directrice de Turtle Song, elle fut dramaturge pour le compte de Footprints, une commission nationale de l'Association britannique des Sciences. Elle a également organisé des festivals et des cabarets tout en étant par ailleurs un des examinateurs de la faculté de Lettres et des Arts de l'Université de Luxembourg.

Avec son frère Robert en 1991

Photo exceptionnelle réunissant tous les petits-enfants de la grande-duchesse Charlotte
(à l'exception de la princesse Christine de Ligne) le 17 septembre 1993, veille du mariage
religieux de la princesse Charlotte, au Club House du Golf de Les-Beaux-de-Provence
Assis (de g. à d.) : la comtesse Marie-Charlotte Henckel von Donnersmarck, la comtesse
Antonia de Holstein-Ledreborg, la princesse Anita de Hohenberg, le prince Robert,
la princesse Yolande de Ligne, la princesse Anne de Ligne, le comte Heinrich Henckel
von Donnersmarck, la princesse Charlotte, la princesse Sophie de Hohenberg et la princesse
Margaretha
Debouts (de g. à d.) : la comtesse Monica de Holstein-Ledreborg, la comtesse Veronica
de Holstein-Ledreborg, le grand-duc héritier Henri, la comtesse Lydia de Holstein-Ledreborg,
le comte Félix Henckel von Donnersmarck, le prince Guillaume, la comtesse Silvia de
Holstein-Ledreborg, le prince Wauthier de Ligne, la comtesse Camilla de Holstein-Ledreborg,
le prince Jean, la comtesse Tatiana de Holstein-Ledreborg, le prince Michel de Ligne,
la princesse Sophie de Ligne, le comte Andreas Henckel von Donnersmarck, le prince Lamoral
de Ligne et la princesse Marie-Astrid

Le 26 juin 1993, elle se marie civilement à Mouchy-le-Châtel, dans le département de l'Oise, avec Marc-Victor Cunningham. Ce britannique est né le 24 septembre 1964 à Harrogate et est le fils de Victor Cunningham et de Karen Armitage. Après une soirée au Club House du Golf de Les-Beaux-de-Provence rassemblant (presque) tous les autres petits-enfants de la grande-duchesse Charlotte, le mariage religieux s'est déroulé en l'église Saint-Paul-de-Mausole de Saint-Rémy-de-Provence en présence notamment de la grande-duchesse Joséphine-Charlotte. Une réception pour 500 invités fut ensuite offerte par le duc et la duchesse de Mouchy en leur propriété de Saint-Rémy. En 1996, la princesse Charlotte a donné naissance à son premier enfant : Charles, né le 8 août 1996 à Rockport dans le Maine. Il a été suivi par deux autres garçons : Louis et Donnall, nés à Londres respectivement en 1998 et en 2002.



La famille mène aujourd'hui une vie normale dans la capitale britannique où la princesse Charlotte préfère ne pas faire usage de son titre. Membre du conseil d'administration du Domaine Clarence Dillon géré par son frère le prince Robert, elle peut se permettre d'être beaucoup plus discrète que lui. Les seules occasions de la remarquer sont les événements familiaux de la famille grand-ducale auxquels elle est souvent conviée, et ce des mariages d'Henri, Marie-Astrid et Margaretha au début des années 1980 à celui du grand-duc héritier Guillaume et de la comtesse Stéphanie de Lannoy en 2012.

Au mariage du grand-duc héritier Guillaume en 2012
(© RTL.lu)

Mrs. Charlotte Cunningham au travail


Sources
- RITCHIE Jamie (2013), « The Sotheby's Wine Interview: Prince Robert de Luxembourg », Sotheby's [lien]
- Plusieurs numéros du magazine Point de Vue
- Plusieurs numéros du Bulletin de documentation édité par le Ministère d'Etat du Grand-Duché de Luxembourg
- Site Internet du Domaine Clarence Dillon
- Arts4dementia.org.uk 

- Collection personnelle

22 septembre 2014

Archives: le Prince et la Princesse de Ligne en 1994

Le 20 avril 1994, le prince Antoine de Ligne et son épouse, née princesse Alix de Luxembourg, étaient en visite au Zeepreventorium à De Haan, un centre médical et pédiatrique de revalidation situé à la Côte belge accueillant des jeunes souffrant de maladies chroniques ainsi que de la mucoviscidose. Le Prince de Ligne accepta d'accorder son Haut Patronage en 1995 lorsque ce centre est devenu l'asbl Fonds voor het Zeepreventorium De Haan. Le couple princier assistait alors régulièrement aux divers événements de charité organisés au profit de l'asbl. Après le décès du prince Antoine en 2005, c'est son fils le prince Wauthier qui a poursuivi ce dévouement auprès du centre. 

(© Collection personnelle Valentin Dupont)

(© Collection personnelle Valentin Dupont)

De gauche à droite : Dirk I.E. van der Bauwhede (président du Fonds), la Princesse,
le Prince et la baronne Hilde Franckx (médecin-en-chef du Fonds)
(© Collection personnelle Valentin Dupont)

De gauche à droite : M. et Mme van der Bauwhede, la Princesse, le Prince et Yvan Catrysse
(bourgmestre de De Haan)
(© Collection personnelle Valentin Dupont)